ShaneLavalette

Nolwenn Brod & Shane Lavalette – Le Château d’Eau / Espace 1

Jusqu’au 30 avril 2017

Au Château d’Eau – Pôle photographique de Toulouse, dans la galerie située dans la tour, vous pourrez découvrir le travail de deux photographes : Nolwenn Brod et Shane Lavalette.

Dans un premier temps vous pourrez découvrir la série de photographies de Nolwen Brod au 1er niveau de la tour du château d’eau et puis celles de Shane Lavalette au sous-sol.

Nolwenn Brod est une photographe qui vit et travaille à Paris, et qui est représentée par la Galerie VU’. Elle présente ici un panorama de son travail, avec des œuvres extraites de différentes séries. Dont une qui s’intitule « Même une jument est une espèce d’homme… ». L’exposition démarre donc par cette citation de William Faulkner – célèbre romancier américain du Mississipi.

© Nolwenn BrodAlors, le rapport entre ce titre et la série de photos présentée ? C’est sans doute la poésie de ces photographies. Et cette manière de trouver de l’humanité partout. Le travail de cette photographe est particulièrement poétique, très éloigné d’une démarche documentaire, on y trouve beaucoup de plans rapprochés, de très beaux portraits en noir et blanc, d’autres en couleurs, portraits d’adultes, d’enfants ou de chevaux aussi effectivement, qui font le lien avec le titre, et puis des paysages aussi, des images au grain marqué, parfois proches de la peinture pour certaines.

Vous pourrez y voir différents formats et différents encadrements. Des photographies qui vous présentent des extraits de vie, parfois intimes, qui parlent d’amour, de mystère, de famille, et qui entrent en lien aussi avec des traditions bretonnes et celtiques comme la lutte. Donc un 1er ensemble de clichés, pourvu d’une grande sensibilité, d’une grande délicatesse, et d’une certaine musicalité.

 


Ces images dégagent une forme de calme, une sérénité, un charme que vous pourrez retrouver dans l’ouvrage de l’artiste : « Va-t-en me perdre où tu voudras », publié aux éditions Poursuite. Il est disponible en consultation sur place au centre de documentation et en vente à la librairie. On vous le recommande, c’est un très beau livre.

vaten-couverture« Va-t-en me perdre où tu voudras » de Nolwenn Brod


Alors, on parlait du Mississippi tout à l’heure avec William Faulkner, et bien justement, on y va ! Vous trouverez effectivement au sous-sol le travail de Shane Lavalette, photographe américain, éditeur indépendant et directeur artistique qui nous présente une série de photos consacrée aux états du Sud des Etats-Unis.

Il nous propose un véritable portrait, un portrait de cette région, à laquelle il rend hommage à travers une série de photographies en couleurs et en noir et blanc. C’est un témoignage, un ressenti, il nous donne une vision romantique de cette région, très poétique là encore, avec un petit côté Big Fish dans certaines…

ShaneLavalette_OneSun_02Il nous offre une belle balade au fil de ces images – Une balade rendue d’autant plus agréable grâce au plan circulaire de la galerie qui nous invite à voir cet ensemble comme on pourrait les découvrir au fil des pages d’un livre. Et cette balade est aussi musicale. Oui, poétique, musicale, c’est en cela que cet ensemble fait écho aux photographies présentées à l’étage du dessus, puisque c’est avant tout la musique qui inspire cet artiste. Gospel, blues, les sonorités, les mélodies, de cette région du Sud des Etats-Unis, l’ont amené à constituer ce témoignage, une sorte d’interprétation photographique de ces chants.


« Je ne souhaitais pas faire un documentaire mais je voulais plutôt me laisser transporter par cette histoire et trouver les images poétiques et musicales du paysage du sud-américain. » explique Shane Lavalette.

Et c’est vrai qu’on ressent un travail très profond autour de cette histoire, de cette culture, avec un ton qui est à la fois mélancolique et optimiste.

Et tout s’explique lorsque vous entendez cette musique, ce qui est possible au centre de l’espace d’exposition, où une petite vidéo est présentée. Et là, l’émotion est palpable, quand après avoir vu ces images, on découvre cette vidéo : un homme qui chante « I’ve Been In The Storm too long » de profil, dans l’ombre, près d’une fenêtre. Un chant particulièrement touchant et d’autant plus émouvant après avoir vu ces photographies.

103

C’est un véritable voyage. Un voyage de Toulouse vers l’Amérique, mais aussi dans le temps, dans l’histoire de cette région, une histoire très sombre (avec l’esclavagisme, le racisme…) mais en même temps très lumineuse, ensoleillée et pleine d’espoir, d’où le titre de cette série de photographies : One Sun One shadow.

Là encore, vous avez la possibilité de consulter l’ouvrage de l’artiste au centre de documentation, One sun one Shadow. L’ombre et la lumière donc, qui présente cette série de photos, au départ réalisée pour Le Haut Musée d’Art d’Atlanta en 2010. Et qu’on est ravie de découvrir à Toulouse! Ce livre, qui a d’ailleurs été coproduit par le Château d’Eau, est aussi en vente à la librairie.

Alors justement, rappelons un petit peu l’importance du livre dans la photographie. Le livre s’inscrit dans la continuité de l’acte photographique, il joue un rôle primordial. C’est notamment ce qu’explique Claude Nori, dans un article publié dans Les Cahiers de la Photographie :

« Puisque la photographie est avant tout un moyen de reproduction il était normal qu’elle trouve dans les procédés d’imprimerie et dans le support du livre une place privilégiée pour sa diffusion ».


On vous invite donc à aller découvrir ces deux séries de photographies : qui se font écho, qui entrent en dialogue, autour du thème de la poésie, poésie des hommes, poésie du lieu où ils évoluent – un travail autour de l’esprit d’un lieu – deux voyages donc, en toute légèreté avec des images très apaisantes.


Et n’oubliez pas qu’à la fin du parcours de l’exposition, une sélection d’ouvrages issus du fonds documentaire du Château d’Eau, qui fait écho aux séries présentées dans la galerie, est à votre disposition, en consultation sur place. Vous pourrez vous documenter sur les photographes présentés, sur leur démarche mais aussi sur les thématiques abordées. Et oui, avec plus de 14 000 ouvrages sur la photographie et une vaste collection de périodiques, ce fonds compte parmi les plus importants en France et le billet d’entrée comprend l’accès au centre de documentation, donc profitez-en ! C’est ouvert au public du mardi au samedi de 13h à 18h.


Le Château d’Eau – Pôle photographique de Toulouse

1 place Laganne – 31300 Toulouse
tél : 05 61 77 09

Expositions ouvertes du mardi au dimanche de 13h à 19h


Photographie à la une : © Shane Lavalette

Laisser un commentaire