dissonnance-rave-on

Eugénie Bacon Soueix : à la recherche de la Subculture

Qui est-elle?

Passionnée par le secteur culturel depuis son enfance, elle a découvert la photographie vers l’age de 16 ans et s’épanouit réellement dans cette pratique depuis maintenant 2 ans. Côté formation, elle a suivi une licence en Communication et Médiation culturelle, et est sur le point d’obtenir un master en communication digitale. Bien que cette formation soit étroitement liée à la photographie, elle s’est malgré tout formée toute seule à cette pratique artistique.
Elle réalise aujourd’hui des prestations (toujours choisies avec soin) pour des associations musicales et des marques de street wear. La dernière en date était pour Fall industry à leur soirée Dissonance à la chapelle des carmélites, grandiose! « Quand on est photographe c’est un vrai bonheur de travailler pour un tel projet » explique-t-elle.

C’est ainsi qu’elle présente son oeuvre : 

Mon travail personnel mélange plusieurs aspects des éléments qui m’entourent. Pour le qualifier, j’emploie le plus souvent le terme de « parasomnie ». C’est une mise en abîme de mon esprit, de mes songes. Une sorte d’extériorisation par l’esthétisme et la création. Souvent déclenché au contact d’un stimulus extérieur notamment auditif. Les clichés que je peux réaliser sont très éclectiques puisqu’ils peuvent aller du réfléchi à la spontanéité totale, comme de la couleur au noir très contrasté, de la netteté au dédoublement flou. En somme mes photographies sont un reflet de ma personnalité.

Elle nous dit tout sur son projet du moment : 

« SUBCULTURE » : « C’est un reportage qui débute tout juste (depuis cet été réellement). Il se base donc sur la contre – culture. C’est à dire sur des mouvements qui vont à l’encontre des normes, codes et valeurs sociétales véhiculées massivement. Si je l’ai commencé à Londres, le plus gros du travail se situe sur les terre Berlinoise, lieu de respect et de partage culturel, un îlot de liberté culturel perdu au milieu d’un monde qui tend vers l’uniformisation et l’indifférence.

Mon but est de faire découvrir cet univers aussi effrayant que fascinant. Un mouvement qui permet à l’être humain de s’assumer en tant qu’être original. Dans mes clichés j’essaye de démontrer à quel point le peuple allemand à su se libérer d’une oppression politique sécuritaire et dictatrice, et comment en quête d’identité, ce peuple berlinois a su créer sa propre culture malgré de nombreuse tentative d’enclavements et d’influences politico-culturelle durant la guerre froide. Je vous laisse découvrir les clichés sur mon site ou ma page Facebook ! Niveau futur proche, je finis mon master et je m’envole normalement pour Berlin et les pays de l’est à la recherche de la subculture ! »

 

.

  • © Eugénie-Bacon-Soueix

Pour en voir plus, consultez son site internet :

Site internet de l'artiste Eugénie Bacon Soueix

Laisser un commentaire